Quatre prêtres de Saint-Jacques pris en otage à Haïti

Dans la matinée du dimanche 11 avril, à Port-au-Prince en Haïti, un groupe de dix personnes part à une célébration. Parmi eux, cinq prêtres, dont quatre de la Société des Prêtres de Saint-Jacques (3 Haïtiens et Michel Briand, religieux français), trois laïcs haïtiens et une religieuse française, la sœur Agnès Bordeau, sont kidnappés par un gang armé. Contacté par les criminels, le père Jean-Marie Rosemond Joseph, Responsable régional de la Société des prêtres de Saint-Jacques en Haïti, explique que les criminels ont réclamé une rançon d’un million de dollars à payer, sinon, “ils vont tourner ça en barbecue”.

Souffrant d’une grave crise politique, avec une population d’une extrême pauvreté, Haïti n’en est malheureusement pas à son premier enlèvement.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour “enlèvement et séquestration en bande organisée”.

Qui est Michel Briand ?

Originaire de Messac en Ille-et-Vilaine, le père Michel Briand, 67 ans, appartient à la Société des Prêtres de Saint-Jacques dont le siège principal se situe dans notre commune, une société missionnaire qui compte une quinzaine de prêtres en Haïti.

Surnommé “le curé des pauvres”, il a commencé sa mission dans ce pays caribéen en 1985. Le père Michel Briand a déjà été victime de jeunes trafiquants de drogue qui avaient voulu “lui faire la peau”. Blessé par balles le 31 août 2015 dans une rue de Port-au-Prince alors qu’il sortait d’une banque, Michel Briand était retourné sur l’île après avoir été soigné en Bretagne.

Selon les témoignages des Pères Paul Dossous et André Siohan : « C’est quelqu’un de très engagé et qui aime profondément ce pays. Il y est très bien intégré, reconnu et apprécié. C’est son pays de cœur, il s’y donne. Actuellement, il est curé d’une paroisse dans la banlieue de Port-au-Prince, à Saint-Roch, et il est aussi administrateur d’une école presbytérale dépendant de sa paroisse. C’est quelqu’un de très impliqué dans la vie du pays…

On pense qu’ils n’étaient pas visés. Ils étaient au mauvais endroit au mauvais moment. On essaie de faire ce que nous pouvons de notre côté pour leur libération ».

Depuis, les missionnaires sur place s’évertuent à trouver comment obtenir la libération des otages le plus tôt possible.

Aux dernières nouvelles, seule une otage a été libérée. Il s’agit d’une femme du groupe, âgée de 70 ans, dont l’état de santé était jugé préoccupant.

Robert et Françoise qui l’ont fréquenté pendant leur scolarité, ainsi que la municipalité de Guiclan ne peuvent que souhaiter une fin heureuse à cette tragédie.

Le père Michel Briand ( à droite) en réunion

le père Michel Briand

ASC Guiclan Tennis de Table : Le club prépare la saison prochaine avec la gratuité des licences

A l’arrêt depuis presque 18 mois, le Tennis de Table subit les lourdes décisions du gouvernement et des instances sportives. Seuls 3 mois de pratique ont été possible sur cette période ! Cette discipline ne se pratique uniquement qu’en intérieur (sauf au camping) et la pratique en extérieur n’est pas possible (le vent étant l’ennemi majeur de ce sport).

Malgré l’arrêt officiel de toutes compétitions nationales, régionales et départementales, une reprise des entraînements reste dans le domaine du possible d’ici juin si la situation sanitaire s’améliore.

Fort de ce constat, Bernard Jourdren, président, et les membres du bureau ont pris une décision forte et innovante dans le secteur : la licence sera gratuite la saison prochaine pour les licenciés actuels (saison 2020-2021).

Pour l’équipe de bénévoles du club, il était impératif de ne pas faire subir aux familles un double coup dur avec l’interruption de la pratique et le poids de la licence sachant que certaines familles ont plusieurs licenciés dans le club. C’est un effort financier majeur, mais un choix assumé pour nos adhérents. « Notre priorité est de conserver un maximum de nos licenciés », soulignent les membres du bureau.

« Le club appartient à ses licenciés et sans licenciés il n’y a plus de club ! »

Les dirigeants remercient particulièrement les nombreux partenaires qui ont adhéré au projet club ainsi que la mairie pour la hausse des subventions (suite à la crise COVID). « C’est grâce à eux que le club peut faire ce geste ! » indiquent les membres du bureau.

Par ailleurs, dans l’espoir d’attirer de nouvelles recrues ou de nouveaux joueurs, la licence sera à -50%, qu’ils soient jeunes ou seniors.

Fort de ses 56 licenciés, le club de tennis de table guiclanais espère poursuivre sur sa belle dynamique enclenchée depuis quelques saisons maintenant. Avec une équipe première en Départementale 1 senior et de nombreuses équipes jeunes, l’objectif principal est d’accéder au niveau régional à très court terme et de continuer la formation des jeunes pousses !

Une partie du bureau de l’ASC Guiclan Tennis de Table
Philippe Abgrall – Bernard Jourdren (Président) – Ronan Tanguy – Cécile Le Belleguic ( Co-Trésorière)

Mise en valeur du calvaire de Pen-Ar-Valy

L’emplacement du calvaire de Pen-Ar-Hoat, situé au carrefour de la route allant de Kermat à Saint Jacques et celle menant à Pen-Ar-Valy a été nettoyé cette semaine grâce au travail bénévole de Michel Car.

Après le passage de la fibre et la chute d’un arbre, l’endroit avait besoin d’un bon rafraichissement. Michel Car, habitant du village, a pris les choses en main, a nettoyé la place et y a semé la pelouse. Un grand merci à lui.

Cette croix qui était à l’origine à l’emplacement de la voie express a été déplacée par trois fois avant de se retrouver à ce carrefour.

Elle date de 1649 et a déjà été restaurée en 1939.

 

Michel Car

Michel Car près du calvaire

Repos des cigognes à Kerlaviou

Ont-elles repéré ce lieu si propice à la détente et au calme de longue date ?

Toujours est-il que deux cigognes ont passé quelques jours dans la propriété de Marie-Christine et Louis Cornily à Kerlaviou, la semaine dernière.

La cigogne est un oiseau migrateur qui hiverne en Afrique et revient en Europe pour nicher, entre la fin février et la première quinzaine de mai. Elle repart entre la fin du mois de juillet et le début du mois d’octobre.

Pourquoi la cigogne claque du bec ? Ce son émis par la cigogne blanche adulte lui permet d’interagir socialement avec ses comparses. Les claquements de bec se font de plus en plus forts et à des rythmes endiablés selon la situation. Plutôt lents pendant l’accouplement… mais hyper rapides lorsqu’il y a danger.

Repos près de la Penzé à Kerlaviou

La légende de la cigogne

La légende de la cigogne est également appelé la légende du Kinderbrunnen, ce qui veut dire, puits à enfants, les femmes qui voulaient avoir un enfant devaient faire un vœu au-dessus de ce puits, entendu par un gnome à barbe blanche.

Il se dit qu’au-dessous de la cathédrale de Strasbourg, il y avait un lac souterrain où s’amusaient les âmes des enfants en attendant de venir au monde.

Pour assouvir le souhait de ces dames désireuses d’enfants, le gnome prenait donc sa barque argentée et à l’aide d’un filet d’or attrapait délicatement un bébé pour le déposer au bord du puits. C’est à cet instant que la cigogne venait chercher le bébé pour l’amener à ses nouveaux parents à l’aide d’un panier et se faisait une joie de le déposer dans son berceau.

En Alsace, on dit que si une cigogne vole en rase-mottes au-dessus d’une jeune femme, elle attendra un bébé dans l’année.

C’est une jolie histoire qui s’est répandue sur toute la France et reste présente sur certains faire-part de naissance actuels, la légende de la cigogne est toujours d’actualité. Elle s’est également répandue dans le monde entier, jusqu’en Extrême-Orient et en Amérique du sud.

Coupure de l’éclairage public

La décision de couper l’éclairage public, du fait du confinement, a été prise.

Il sera de nouveau fonctionnel à partir de la rentrée scolaire de septembre.

Vaccination

Les personnes de plus de 70 ans qui n’ont pas été vaccinées peuvent appeler la mairie afin de s’inscrire.

Contactez le 02 98 79 62 05

Un centre éphémère de vaccination au Vallon à Landivisiau, les 26, 27 et 28 avril pour les 70 ans et plus.

Un centre éphémère de vaccination va être installé à la salle du Vallon de Landivisiau les 26, 27 et 28 avril prochain, à destination des habitants de la Communauté de Communes du Pays de Landivisiau de 70 ans et plus.

Lors de ces trois journées, c’est le vaccin Pfizer-BioNTech qui sera délivré. Ce dispositif est mis en place par l’Agence Régionale de Santé et la CCPL.

A GUICLAN, plusieurs membres du CCAS ont contacté ces derniers jours les habitants de la commune pouvant être concernés et intéressées par la vaccination.

Pour les personnes concernées n’ayant pas été contactées ou pour signaler une personne fragile ou isolée n’ayant pas été contactée, il est possible de téléphoner à la mairie.

Les personnes recensées seront ensuite recontactées dans les jours qui viennent par la CCPL pour fixer une date et horaire de rendez-vous pour la vaccination.

C’est toujours le moment d’installer vos pièges à frelons asiatiques

Le frelon asiatique est une espèce invasive introduite en France en 2004.

Depuis, il s’est rapidement installé sur la majorité du territoire français et est maintenant solidement implanté en Bretagne. Sa présence représente un réel danger pour l’homme (risque de multiples piqûres pouvant provoquer la mort), la biodiversité et l’apiculture.

Actuellement, le seul moyen de lutter préventivement contre le frelon est de mettre en place un piégeage de printemps (du 1er avril au 1er juin). En effet, à cette période, les fondatrices quittent leur refuge d’hiver. L’objectif du piégeage de printemps est de réduire leur nombre et ainsi le nombre des futurs nids.

Distribution gratuite des pièges chez Camille Barbier à « la Garenne », au bar « Le Divin » ou à la mairie.

Mélange à effectuer en fond de bouteille :
Dans une bouteille de 1.5 l, versez 25cl de bière, 25cl de sirop de fraise (ou de cassis ou de grenadine) et 25cl de vin blanc très ordinaire (répulsif pour les abeilles et bourdons). Répartissez ce mélange de 75 cl dans 3 pièges et accrochez-les à 1.80m ou 2m de hauteur près des zones en fleurs : jardinières fleuries, balcons et jardins de pots, allées de magnolias et camélias, jardins et parterres, tout est bon !

Plus de renseignements au 02 98 79 48 73 ou 07 86 35 82 13

Les évènements en cours dans la commune

Partager