Contrat d’association de l’école du Sacré Cœur : Le bon sens n’a pas suffi !

Depuis près de 19 ans, la subvention versée dans le cadre du contrat d’association contracté entre la commune et l’école du Sacré Cœur n’a pas été réévaluée.

Lors du conseil municipal du 3 Décembre 2020 la majorité municipale a proposé de revaloriser le montant de cette subvention en tenant simplement compte de l’évolution du coût de la vie depuis 2002, ce qui représente une majoration de 29,6%. Des débats animés ont eu lieu à cette occasion et le groupe « Guiclan Autrement, Ecouter, Agir » a refusé cette revalorisation, argumentant qu’elle ne respectait pas la loi.

Le maire n’a cessé d’argumenter le «bon sens» pour justifier cette proposition.

Que dit la loi ?

« Il est stipulé que la commune doit financer le fonctionnement de l’école privée sur la base du coût de fonctionnement dans les écoles publiques calculé à l’élève ».

En 2011, la municipalité a construit une école publique fonctionnelle et économe ce qui a pour conséquence de réduire les coûts de fonctionnement à tel point que le coût de l’élève dans cette école avoisine les 557€ alors que la moyenne départementale dans les écoles publiques est de 940€.

Nous ne pouvons que nous en féliciter. Elle est non seulement économe en énergie, mais aussi bien gérée par la commune avec du personnel communal en nombre et bien adapté aux effectifs.

Mais voilà, l’école privée du Sacré Cœur n’a pas des locaux aussi performants en matière d’énergie. L’entretien de ceux-ci ainsi que l’acquisition de mobiliers (tables, chaises, tableaux…), de matériels informatiques et numériques nécessitent des coûts non négligeables que l’école publique n’a pas.

La contribution communale de 727€ prévue par élève (après revalorisation des 29,6%) n’est pas disproportionnée par rapport au coût départemental et de celui des communes avoisinantes. Pour exemple publié dans le télégramme du 29 Mars 2021, la commune de St Thégonnec Loc-Eguiner a octroyé à ses écoles privées la somme de 803,20€ par élève.

Les élus de « Guiclan Autrement, Ecouter, Agir » ne l’entendaient pas de cette oreille et ont déposé un recours auprès du Préfet. Le contrôle de légalité leur a donné raison. La commune s’est ainsi vue dans l’obligation de retirer sa délibération du 3 Décembre 2020 et de prendre une nouvelle délibération impliquant une diminution conséquente de la subvention à l’école du Sacré Cœur.

L’existence de l’école est malheureusement remise en cause par cette décision. La majorité municipale ne peut se satisfaire de cette situation et s’est rapprochée de Madame la sous-préfète pour étudier toutes les solutions légales. Lors de sa visite le 17 Mars dernier, ce sujet a été évoqué.

«La liberté de choix pour les parents de Guiclan doit être maintenue» nous a-t-elle dit.

Les municipalités successives ont toujours souhaité maintenir les deux écoles afin d’offrir cette liberté de choix aux parents guiclanais.

Malgré cette déconvenue, la majorité municipale a la volonté de trouver une solution pérenne qui permettra à l’école privée du Sacré-Cœur de subsister.

Du changement dans le Bureau Municipal

Suite à la réunion du conseil municipal du jeudi 1er avril, et du fait de la démission de Marie Birien – Adjointe à l’Urbanisme et aux travaux en aglomération, la composition du conseil municipal a été modifiée :

Magali Moreau rejoint le Conseil Municipal en remplacement de Marie Birien.

La composition du bureau a été modifiée :

Maire : Robert Bodiguel (urbanisation, et travaux en agglomération, en plus de toutes les autres commissions)
1er adjoint : Jean Michel Croguennec (finances, communication, animation, culture, patrimoine).
2è adjointe : Gwénaëlle Quillevéré (écoles, enfance, jeunesse et associations liées).
3è adjoint : Gérard Pouliquen (voirie communale, agriculture et bâtiments)
4è adjointe : Juliette Le Roux (Social, CCAS)
5è adjoint : Yohann Le Belleguic ( Numérique, sports et associations)
Déléguée (avec double délégation) : Sabrina Scouarnec ( enfance, jeunesse et culture, animation, bibliothèque)
Délégué : Matthieu Polard (urbanisme et travaux en agglomération)
Délégué : Michel Boulanger (CCAS, patrimoine)

De gauche à droite : Yohann Le Belleguic, Matthieu Polard, Gwénaëlle Quillévéré, Juliette Le Roux, Robert Bodiguel, Gérard Pouliquen, Sabrina Scouarnec, Jean-Michel Croguennec (manque Michel Boulanger sur la photo)

Quelques tableaux émanant du compte administratif 2020 et du budget primitif 2021

1 – le compte administratif 2020, qui est le résultat de l’année 2020, en reprenant les recettes et les dépenses par chapitre comptable.

Le résultat de fonctionnement de cette année de 848 975 € est exceptionnel. En effet, nous avons, entre autres, vendu les anciens bâtiments de la trésorerie de Saint Martin des Champs, dont nous étions copropriétaires, pour une valeur de 68 422€.

A signaler, le fait que, malgré le confinement, tout le personnel communal a été payé intégralement. De plus, nous avons augmenté les subventions des associations, afin de les aider à passer ce cap difficile où aucune manifestation n’a pu être organisée.

2 – Recettes et dépenses de fonctionnement ramenées à l’habitant, en comparaison avec la même strate de population (de 2000 à 3500 habitants)

Les montants de dépenses de Guiclan, en bleu, sont inférieurs à ceux de la moyenne du département pour des communes de même population, ainsi que ceux des ressources fiscales (impôts locaux). Nous avons, par contre, d’avantage de dotations attribuées par l’état.

3 – L’évolution de la capacité d’autofinancement brute.

En fait, il s’agit de la différence entre nos recettes et nos dépenses de fonctionnement. On y voit une légère progression de notre épargne, qui va servir à couvrir notre annuité d’emprunt (capital), ainsi que les différents investissements programmés : routes, aménagements divers…

4 – Délai de désendettement.

En 2020, nous avons remboursé un prêt à court terme de 550 000€ contracté en 2018 au taux de 0.36%. La dette communale était de 2 927 000€ en 2012. A la fin de cette année 2021, elle sera de 1 897 000€ soit une baisse de 35%.

Le délai de désendettement de la dette correspond à la période nécessaire pour supprimer la dette, en fonction de notre épargne moyenne, en considérant un investissement nul. En début de cette année 2020, notre dette est de 2 010 000€. En considérant une moyenne d’épargne annuelle de 670 000€, il nous faudrait 3 années pour la rembourser entièrement. La moyenne des délais de désendettement dans les communes de même population est de 4 années.

Journée de l’environnement : Le Dimanche 6 juin 2021

A l’initiative de Marie Birrien et Sabrina Scouarnec, du bureau municipal, une journée sur l’environnement est envisagée le dimanche 6 juin 2021. Au programme :

Le matin : ramassage des déchets dans la commune par des équipes de bénévoles. Nous envisageons de faire une dizaine de groupes, de 6 à 10 personnes, répartis sur le territoire de la commune. Temps prévu 1h1/2

Le midi : apéritif offert par la Municipalité, suivi d’un pique-nique apporté par chacun.

L’après-midi : 2 randonnées à thème : une randonnée familiale et une randonnée sur le thème « l’arbre dans tous ses états »

— Rando familiale : plusieurs animations sont déjà prévues et des défis seront à effectuer. Le départ se fera probablement au moulin de Trévilis.

— Rando « l’arbre dans tous ses états » : le lieu de rendez-vous sera au séminaire de Saint-Jacques, bon nombre d’intervenants seront présents tout au long du parcours. Des visites (chaudière à bois pour l’alimentation des bâtiments de Saint-Jacques), cidrerie, atelier M’Art Wood, moulin à tan) seront également prévues.

 

Des informations plus précises vous seront communiquées prochainement !

Réservez déjà le 6 juin 2021 dans votre agenda !

 Sabrina Scouarnec anime le groupe de volontaires au sein du conseil municipal

 Les organisateurs volontaires au sein du conseil municipal

 Les organisateurs volontaires au sein du conseil municipal

 Les organisateurs volontaires au sein du conseil municipal

Site GAD: un grand projet pour le porc breton et notre territoire.

Notre communauté des communes du Pays de Landivisiau peut se réjouir de cette annonce.

Le président Henri BILLON n’en revenait pas, et en même temps il était convaincu que ce site serait un jour réindustrialisé. Depuis le début du mandat il a été très dynamique sur ce dossier en particulier. Huit ans après la fermeture de l’abattoir, l’achat du site par la CCPL avec le soutien de la Région, la démolition certains bâtiments, les élus du Pays de Landivisiau se sont fortement impliqués pour que le site GAD reprenne des couleurs.

Ce projet renforcera la filière porcine dans un bassin de production très important, créateur d’emplois et sans consommation de terres agricoles.

Lampaul-Guimiliau, Landivisiau, les communes de la communauté mais aussi le pays de Morlaix bénéficieront de ce grand projet.

 Photo prise lors de la conférence de presse, qui a eu lieu à Rennes vendredi 2 avril pour le projet Cooperl de Lampaul-Guimiliau

Présentation d’oeufs de Pâques à Saint-Jacques

Pièces de collection et réalisations d’artistes locaux

Présentation dans le respect des règles sanitaires

De 14 à 18h les week-ends du 3, 4, 5 avril 2021 et 10 et 11 avril 2021

C’est toujours le moment d’installer vos pièges à frelons asiatiques

Le frelon asiatique est une espèce invasive introduite en France en 2004.

Depuis, il s’est rapidement installé sur la majorité du territoire français et est maintenant solidement implanté en Bretagne. Sa présence représente un réel danger pour l’homme (risque de multiples piqûres pouvant provoquer la mort), la biodiversité et l’apiculture.

Actuellement, le seul moyen de lutter préventivement contre le frelon est de mettre en place un piégeage de printemps (du 1er avril au 1er juin). En effet, à cette période, les fondatrices quittent leur refuge d’hiver. L’objectif du piégeage de printemps est de réduire leur nombre et ainsi le nombre des futurs nids.

Distribution gratuite des pièges chez Camille Barbier à « la Garenne », au bar « Le Divin » ou à la mairie.

Mélange à effectuer en fond de bouteille :
Dans une bouteille de 1.5 l, versez 25cl de bière, 25cl de sirop de fraise (ou de cassis ou de grenadine) et 25cl de vin blanc très ordinaire (répulsif pour les abeilles et bourdons). Répartissez ce mélange de 75 cl dans 3 pièges et accrochez-les à 1.80m ou 2m de hauteur près des zones en fleurs : jardinières fleuries, balcons et jardins de pots, allées de magnolias et camélias, jardins et parterres, tout est bon !

Plus de renseignements au 02 98 79 48 73 ou 07 86 35 82 13

Les évènements en cours dans la commune

Partager